Emma

Emma

Journaliste

26 Juin 2024 à 09:06

Temps de lecture : 3 minutes
Législatives 2024 : Le grand débat qui secoue la France

Les Faits

🏠 Pouvoir d'achat : Bardella propose une baisse de la TVA sur l'énergie, Bompard prône le blocage des prix des produits de première nécessité, et Attal promet un "paquet pouvoir d'achat" pour cet été.
👴 Réforme des retraites : Attal refuse d'abroger la réforme mais veut favoriser l'emploi des seniors, Bardella souhaite un départ à 60 ans pour ceux ayant travaillé avant 20 ans, et Bompard veut ramener l'âge de départ à 62 ans.
💸 Impôts : Attal promet pas d'augmentation d'impôts, Bompard veut taxer plus les plus riches, et Bardella appelle à un audit des comptes de l'État.
🌍 Environnement : Bompard voit le changement climatique comme le "défi du siècle", Attal met en avant les investissements écologiques, et Bardella critique la fin des véhicules thermiques en 2035.
🛡️ Sécurité : Attal propose des sanctions plus rapides pour les mineurs délinquants, Bardella veut rétablir les peines planchers et suspendre les allocations familiales, et Bompard prône le retour de la police de proximité.

L’Opinion

Trois leaders, trois visions

Le mardi 25 juin, la France a été témoin d’un débat explosif entre trois figures politiques majeures sur TF1 : Gabriel Attal, premier ministre et représentant du camp présidentiel, Jordan Bardella, président du Rassemblement national, et Manuel Bompard, coordinateur de La France insoumise et représentant du Nouveau Front populaire. Ce débat s’est déroulé dans une atmosphère tendue à seulement cinq jours du premier tour des élections législatives.

Le pouvoir d’achat : un enjeu brûlant

Le pouvoir d’achat est au cœur des préoccupations des Français, et chaque candidat a abordé ce thème avec des propositions distinctes. Jordan Bardella a proposé de réduire la TVA sur l’énergie de 20 % à 5,5 %, justifiant ce choix par la situation budgétaire précaire du pays. Manuel Bompard, de son côté, a plaidé pour le blocage des prix des produits de première nécessité, arguant que cela offrirait un soulagement immédiat aux Français. Gabriel Attal a présenté un « paquet pouvoir d’achat » avec des mesures pour revaloriser les retraites et réduire les factures d’électricité de 15 % dès l’hiver prochain.

La réforme des retraites : un débat sans fin

La réforme des retraites reste un sujet clivant. Gabriel Attal a fermement déclaré qu’il ne reviendrait pas sur cette réforme, mais qu’il agirait pour améliorer l’emploi des seniors. Jordan Bardella a proposé de permettre aux personnes ayant commencé à travailler avant 20 ans de partir à la retraite après 40 années de cotisation. Manuel Bompard a réitéré son souhait de ramener l’âge de départ à la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisation, affirmant que cette réforme offrirait une retraite digne à tous les travailleurs.

Les impôts et l’économie : des visions divergentes

Sur la question des impôts, Gabriel Attal a affirmé qu’il n’y aurait pas d’augmentation d’impôts pour les Français, tandis que Manuel Bompard a proposé une répartition plus équitable de la charge fiscale, où les plus riches paieraient davantage. Jordan Bardella a appelé à un audit des finances publiques pour assurer la transparence des comptes de l’État.

Environnement et transition écologique

Manuel Bompard a qualifié la lutte contre le changement climatique de « défi du siècle » et a appelé à une rénovation thermique massive des logements. Gabriel Attal a souligné les efforts du gouvernement pour réduire les émissions de CO2 de 20 % et a accusé la gauche de promouvoir une vision de « décroissance ». Jordan Bardella, quant à lui, a critiqué l’interdiction des véhicules thermiques neufs à partir de 2035 et a plaidé pour un retour au nucléaire pour assurer l’indépendance énergétique de la France.

Immigration et sécurité

L’immigration a également été un sujet de débat intense. Manuel Bompard a défendu l’apport économique des immigrés en France, tandis que Jordan Bardella a proposé de réserver certains emplois stratégiques aux Français sans double nationalité. Gabriel Attal a dénoncé cette proposition comme discriminatoire, rappelant que de nombreux Français binationaux contribuent activement à la société.

En matière de sécurité, Gabriel Attal a mis l’accent sur la responsabilisation des parents et la comparution immédiate pour les mineurs récidivistes. Jordan Bardella a appelé à un « tournant sécuritaire et pénal » avec des peines planchers et la suspension des allocations familiales pour les parents de mineurs délinquants. Manuel Bompard a proposé de rétablir la police de proximité pour renforcer la sécurité dans les quartiers.

Éducation et santé : des priorités nationales

Sur l’éducation, Gabriel Attal a vanté les mérites du dédoublement des classes en zones d’éducation prioritaire. Jordan Bardella a plaidé pour un retour à l’autorité à l’école, incluant l’uniforme et l’interdiction des téléphones portables. Manuel Bompard a insisté sur l’application stricte de la laïcité et la gratuité réelle de l’école.

En matière de santé, Gabriel Attal a défendu l’augmentation du nombre de médecins formés et la délégation de certaines tâches aux pharmaciens pour libérer du temps médical. Manuel Bompard a appelé à réguler l’installation des médecins et à garantir que tous les services publics essentiels soient accessibles à moins de trente minutes de chaque domicile. Jordan Bardella a proposé un plan de cumul emploi-retraite pour les soignants et la gestion locale de la santé par des préfets délégués.

En somme, ce débat a mis en lumière les divergences profondes entre les trois blocs politiques sur des questions clés. Les électeurs devront trancher sur ces visions divergentes pour l’avenir de la France lors des élections législatives.