Emma

Emma

Journaliste

18 Juin 2024 à 07:06

Temps de lecture : 3 minutes
Le Bac 2024 : La philosophie revient en force (avec de la science) !

Les Faits

📅 Retour en début d'épreuves : L'épreuve de philosophie du baccalauréat a retrouvé sa place en début de session cette année, après avoir été reléguée à l'avant-dernière place l'année dernière.
📉 Réforme et importance : Depuis la réforme du baccalauréat de 2019, l'épreuve de philosophie est devenue essentiellement symbolique pour de nombreux candidats, en raison de l'importance accrue du contrôle continu (40% de la note finale).
📊 Coefficients réduits : Le coefficient de la philosophie est désormais de 8 pour la voie générale et 4 pour la voie technologique, bien inférieur aux coefficients des épreuves de spécialité et du grand oral.
📝 Sujets de l'année : Les sujets de dissertation pour la section générale sont « La science peut-elle satisfaire notre besoin de vérité ? » et « L'État nous doit-il quelque chose ? », avec un commentaire de texte de Simone Weil. Pour la section technologique, les sujets sont « La nature est-elle hostile à l'homme ? » et « L'artiste est-il maître de son travail ? », avec un commentaire de texte de Platon.
📋 Parcoursup et préoccupations : 81 860 lycéens n'avaient toujours pas reçu de réponse positive à leurs vœux Parcoursup à la veille des épreuves, suscitant plus d'inquiétude pour la procédure complémentaire que pour les épreuves du baccalauréat.

L’Opinion

La Renaissance de l’Épreuve de Philosophie

Alors que les cigales commencent à chanter et que le soleil se lève sur les premiers jours d’été, 543 363 lycéens des voies générales et technologiques se retrouvent face à un rendez-vous immanquable : l’épreuve de philosophie du baccalauréat. Cette année, le bac a décidé de nous surprendre en redonnant à la philo une place de choix, en début de calendrier. Après avoir été reléguée à une place mineure l’année dernière, cette épreuve, autrefois reine, revient sous les projecteurs.

Pourquoi ce changement de programme ? Eh bien, l’année dernière, beaucoup d’étudiants avaient déjà la tête ailleurs lorsqu’ils ont passé la philo, démobilisés par le timing tardif. Mais cette fois, l’épreuve a lieu en prime time, espérant captiver à nouveau l’esprit de nos jeunes philosophes en herbe.

Une Épreuve Symbolique dans un Monde de Contrôle Continu

Depuis la réforme du baccalauréat de 2019, orchestrée par Jean-Michel Blanquer, le paysage éducatif français a radicalement changé. Le contrôle continu est devenu le pivot central de l’évaluation, représentant 40 % de la note finale. Résultat ? Les épreuves sur table, autrefois sacrées, voient leur importance relativisée.

L’épreuve de philosophie, bien qu’en début de course, demeure avant tout symbolique pour bon nombre d’élèves. Après tout, avec un coefficient de 8 pour la voie générale et 4 pour la voie technologique, la philo ne pèse pas bien lourd face aux épreuves de spécialité (coefficient 16) ou au grand oral (coefficient 10 à 14).

Mais alors, à quoi bon se donner tant de mal pour la philo ? C’est une question que beaucoup se posent, surtout à l’ère de Parcoursup, où les résultats scolaires peuvent parfois sembler plus bureaucratiques que réellement significatifs.

Parcoursup : L’Épée de Damoclès

Parlons-en, de Parcoursup. Alors que les lycéens se plongent dans leurs copies de philo, une ombre plane sur leurs esprits : la procédure complémentaire de Parcoursup. Sur les 645 076 lycéens concernés, 81 860 n’avaient toujours pas reçu de réponse positive à leurs vœux au 17 juin. Autant dire que l’inquiétude est palpable.

C’est le serpent qui se mord la queue : comment se concentrer sur une dissertation philosophique quand son avenir académique est en suspens ? Cette tension, cette dualité entre l’instant présent et les préoccupations futures, rappelle les dilemmes philosophiques eux-mêmes. Une ironie que n’aurait pas reniée Simone Weil ou même Platon, dont les œuvres sont d’ailleurs au programme cette année.

Les Sujets 2024 : Un Voyage au Cœur des Idées

Et alors, sur quoi nos élèves planchent-ils cette année ? Les sujets de philosophie, comme toujours, interrogent et provoquent la réflexion. Pour la section générale, les élèves peuvent choisir entre :

  1. Dissertation n° 1 : La science peut-elle satisfaire notre besoin de vérité ?
  2. Dissertation n° 2 : L’État nous doit-il quelque chose ?

Et pour les plus audacieux, un commentaire de texte de Simone Weil, extrait de La Condition ouvrière (1943).

Quant aux étudiants de la section technologique, ils se confrontent à :

  1. Dissertation n° 1 : La nature est-elle hostile à l’homme ?
  2. Dissertation n° 2 : L’artiste est-il maître de son travail ?

Avec un commentaire de texte de Platon, tiré de Les Lois IX (IVe siècle av. J.-C.).

Des sujets brûlants, intemporels et profondément actuels. Que ce soit la quête de vérité à travers la science ou les obligations de l’État envers ses citoyens, ces questions résonnent dans notre quotidien, transcendant les murs de la salle d’examen.

Un Regard Personnel et Engagé

En fin de compte, l’épreuve de philosophie du bac 2024, malgré son aspect symbolique, reste une étape cruciale. Elle n’est peut-être plus la reine incontestée des épreuves, mais elle conserve cette capacité unique à éveiller les consciences, à pousser à la réflexion critique. Dans un monde où l’instantanéité et la superficialité dominent souvent, prendre le temps de philosopher, même pour quelques heures, c’est s’offrir une pause salutaire, une bouffée d’air pur.

Pour moi, la philosophie a toujours été plus qu’une matière scolaire. C’est un art de vivre, une manière de questionner le monde, de ne jamais se contenter de l’évidence. Et c’est précisément ce dont nous avons besoin aujourd’hui. Alors, à tous les candidats, je dis : profitez de cette chance de penser, de douter, de rêver. Parce qu’au-delà des notes et des coefficients, c’est là que réside la véritable richesse.

philo sujet